mardi 13 novembre 2007

Touché !

Je sors du cinéma, l’air est doux, le ciel d’un bleu piquant. J’enfonce mes mains dans les poches du manteau – les deux petits écouteurs blancs ont rejoint mes oreilles…

Ce n’est pas la première fois depuis dix jours : les sons qui envahissent mes tympans se prêtent particulièrement à la situation, au film que je viens de voir, aux pensées qui me traversent, au vide des rues de cette journée fériée, aux feuilles mortes qui jonchent le sol, à l’air doux et au ciel bleu piquant. Quand « l’aléatoire » correspond à ce point à l’environnement du moment, un sourire se dessine sur mes lèvres, et je marche au rythme de la musique, héros d’un film qui passe dans ma tête, enfermé dans une bulle de plaisir d’où je domine le monde, tantôt joyeux, tantôt triste, gai ou mélancolique. Je suis puissant – naïf et ignorant mais puissant, et je me laisse porter en laissant errer mes pensées. Le plaisir de la domination est immense et intense.


Parfois le soir je me surprends à fredonner cette chanson que j’écoutais le matin, et qui est revenue se glisser en moi, doucement, insidieusement.
Parfois le plaisir est partagé, et, alors que la musique s’est arrêtée, l’autre et moi nous surprenons à chanter le même moment d’une même chanson, en même temps.
Parfois je suis transporté à des années-lumière des feuilles mortes, du manteau et de ce trottoir où je marche. Je me laisse envahir, je m’abandonne aux sonorités que je découvre, que je reconnais, honteux ou amusé ; qui se rappellent à moi, de là-bas et d’ailleurs…

Adieu, donc, Mini-Disc qui n’a duré qu’un temps, et adieu, surtout, à ces longs mois de marche silencieuse.
Enfin il m’est acquis, mes doigts glissent sur l’écran, je suis fier et pédant, juste un temps.

Je chante, je danse, je groove, je swinge, je touche, touché par le touch !


5 commentaires:

matorif a dit…

Quel plaisir de te lire de nouveau ! mais je suis un peu jaloux! moi aussi j'en veux un ! mais j'attends encore et toujours l'iphone...

Elisa a dit…

Ca ne fait aucun doute, Apple devrait t'embaucher. ;-)
A lire cet article, j'imagine la pochette de The Freewheelin Bob Dylan, sauf que là, ils marcheraient avec des écouteurs blancs.
Ca ferait une bonne pub.

arnaud a dit…

gaté pour ton anniv !!!!!!!
ou alors les étudiants ne sont plus ce qu'ils étaient

MAthilde a dit…

joli cadeau !!! (mais julien m'avait déjà dit..) chouette post !

Alex a dit…

au delà de ma jalousie;-) je tenais à saluer encore une fois ton talent de conteur. l'espace de ces quelques lignes, je me suis sentie moi aussi marchant dans les rues désertes au soin d'un littlest things.
je t'embrasse